Ayzac

Informations

Recherche dans les infos
Infos récentes. Afficher depuis

Les informations sont triées par ordre chronologique inversé.

dimanche 31 mars 2019

Grand Débat National

Monsieur le Maire informe ses administrés que dans le cadre du Grand Débat National, un cahier d’expression citoyenne est à la disposition de la population aux heures d’ouverture au public du secrétariat de Mairie.

Rappel des heures d'ouverture :

Lundi De 16 h 00 à 18 h 30
jeudi De 13 h 00 à 16 h 00
vendredi     De   9 h 00 à 11 h 30

Du lundi 28 janvier 2019
au jeudi 28 mars 2019

ABATTOIR DE LUZ - Communiqué des maires de certaines communes de la vallée.

Communiqué des maires des communes de

Argelès-Gazost, Adast, Agos-Vidalos, Artalens-Souin, Arcizans-Avant, Ayzac-Ost, Salles, Beaucens, Boô-Silhen, Bun, Gaillagos, Vier-Bordes, Ouzous, Préchac, Sere en Lavedan, Soulom, Villelongue.

Le débat sur la reconstruction de l'abattoir en Pays Toy.

Afin que les citoyens comprennent le contexte du vote du Conseil du 18/12/2018 de la Communauté de Communes Pyrénées Vallées des Gaves, il nous parait important de revenir sur les éléments qui ont conduit à ce qu'une majorité du Conseil émette un avis défavorable à ce projet de reconstruction. (32 contre, 26 pour, 5 abstentions).

Tout d'abord, il est important de revenir sur le fonctionnement de l'abattoir en Pays Toy avant la crue de 2013.

L'ensemble des communes du Pays Toy supportait un déficit annuel d'environ 150 000 € (investissement et fonctionnement) avec parfois des difficultés pour équilibrer le budget.

Le SIVOM du Pays Toy qui supportait cette structure a engagé des démarches afin de le reconstruire : recherche de terrain, permis de construire, étude de faisabilité en 2016. (Déficit investissement et fonctionnement estimé à 180 000 €)

En 2016, Monsieur le ministre de l'agriculture (Monsieur LE FOLL) répondait à l'assemblée nationale à une question de Mme J DUBIE députée : « Ce petit abattoir réalisait une production d'environ 120 ou 130 tonnes, avec des difficultés d'équilibre économique. Compte tenu de la situation actuelle et des règles supplémentaires que nous appliquerons, il est apparu qu'il n'était pas possible de réinvestir aujourd'hui sans risquer un déficit économique et de fonctionnement assez important. »....

« Votre demande est pleinement légitime mais réinvestir aujourd'hui dans l'abattoir, dans les conditions qui s'imposeront et compte tenu des engagements que j'ai pris en matière de bien-être animal, nous condamnerait à rencontrer tôt ou tard de grosses difficultés économiques, qui seraient supportées par les collectivités locales... »

Fin 2016, suite à la loi Notre qui obligeait les communautés des communes à se regrouper, la nouvelle communauté des communes Pyrénées Vallées des Gaves est née. Le SIVOM du Pays Toy a été intégré à la nouvelle communauté des communes. Dans les statuts, il est précisé qu'un budget annexe abattoir serait créé.

La loi précise que lorsque les communes supportaient des charges de fonctionnement et d'investissement avant la fusion, elles continuent à les supporter à hauteur de celle avant la fusion. L'évolution des charges étant supportée par la nouvelle communauté des communes.

Il a été proposé de déroger à cette règle sous réserve que la majorité qualifiée des communes l'accepte. (Participation des communes du Pays Toy à hauteur de 70 000 €) Cette proposition a été rejetée du fait que cette majorité qualifiée n'a pas été atteinte.

En conséquence, la loi prévoit en pareil cas de figure qu'il appartient au Préfet de fixer cette participation financière.

Madame la Préfète a considéré qu'il n'y avait pas eu de transfert d'abattoir et que de ce fait la compensation serait ramenée à 0 euro.

Un certain nombre de communes a alors engagé un recours devant le tribunal administratif de Pau au vu de la réponse de Mme La Préfète non conforme aux arrêtés pris.

Une des principales raisons de ce vote négatif réside dans cette non prise en compte des charges par les communes du Pays Toy.

L'autre point qui découle de cela, est que dans ce cas de figure la charge de fonctionnement et d'investissement de ce projet de renouvellement de l'abattoir serait supportée en totalité par la Communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves soit 180 000 € de déficit annuel. (Investissement et fonctionnement). Ce montant pourrait évoluer défavorablement selon la productivité de la structure. (150 t/ an prévu dans l'estimation).

Compte tenu de la fragilité budgétaire de la Communauté des communes Pyrénées Vallées des Gaves, il est fort probable que ce déficit soit comblé par une hausse de la fiscalité.

Dernier point et non des moindres, certains se posent la question de la pertinence de ce projet de reconstruction de cet abattoir au vu de son périmètre restreint, de son emplacement géographique et comme indiqué son déficit structurel pouvant évoluer.

Bien sûr, l'avenir de l'AOP est en jeu mais ne serait-il pas mieux de rejoindre la démarche encouragée par la région pour un IGP qui a l'avantage de couvrir un périmètre plus large et qui n'oblige pas à la construction d'un abattoir ?

Les élus qui ont voté contre ce projet ne sont pas dans une position de repli, Mme la Députée, ils sont conscients des enjeux et sont tout comme vous soucieux de préserver et de défendre l'agriculture de montagne. Mais ils sont aussi des élus responsables qui savent que dans le contexte actuel les projets de développement nécessaire à notre territoire doivent se faire avec les moyens dont ils disposent. Ils sont redevables devant les citoyens qu'ils représentent d'être des gestionnaires irréprochables de l'argent public. Dans ce projet de renouvellement de l'abattoir tel que décrit précédemment, les risques financiers sont trop importants et la pertinence du projet n'est pas démontrée.

Contrairement à ce que vous affirmez, il n'y a pas de querelles de personne et nous avons tous la volonté de construire un projet de territoire solidaire au travers de la communauté des communes Pyrénées Vallée des Gaves. Certains projets font débat et en ce qui concerne ce projet, il a eu lieu et chacun a pu mesurer les enjeux.

Un vote démocratique a entériné un choix démocratique, il convient de le respecter.

 

Du dimanche 11 novembre 2018
au jeudi 28 février 2019

Centenaire de l'armistice du 11 novembre

Le conseil municipal ainsi que les écoles d'Agos-Vidalos et d'Ayzac-Ost ont célébré le centanaire de l'armistice du 11 novembre 1918 aux monuments aux morts d'Ayzac et d'Ost.

Les enfants des écoles ont chanté la marseillaise.

Texte du Président de la République Emmanuel Macron lu à cette occasion

Un siècle.

Un siècle que l’Armistice du 11 novembre 1918 est venu mettre un terme aux combats fratricides de la Première Guerre mondiale.

A cet affrontement interminable nation contre nation, peuple contre peuple. Avec ses tranchées pleines de boue, de sang et de larmes. Ses orages de feu et d’acier qui grondaient par tous les temps et déchiraient les ciels les plus calmes. Ses champs de bataille éventrés et la mort, omniprésente.

Le 11 novembre 1918, un grand soupir de soulagement traverse la France. Depuis Compiègne où l’Armistice a été signée à l’aube, il se propage jusqu’aux champs de bataille.

Enfin, après quatre interminables années de bruit et de fureur, de nuit et de terreur, les armes se taisent sur le front occidental.

Enfin, le vacarme funeste des canons laisse la place à la clameur allègre qui s’élève de volées de cloches en sonneries de clairons, d’esplanades de grandes villes en place de villages.

Partout, on célèbre alors avec fierté la victoire de la France et des alliés. Nos poilus ne se sont pas battus pour rien ; ils ne sont pas morts en vain : la patrie est sauvée, la paix, enfin, va revenir !

Mais partout, aussi, on constate le gâchis et on éprouve d’autant plus le deuil : là, un fils pleure son père ; ici, un père pleure son fils ; là, comme ailleurs, une veuve pleure son mari. Et partout on voit défiler des cortèges de mutilés et de gueules cassées.

Françaises, Français, dans chacune de nos villes et dans chacun de nos villages, Françaises et Français de toutes générations et de tous horizons, nous voilà rassemblés en ce 11 novembre.

Pour commémorer la Victoire. Mais aussi pour célébrer la Paix.

Nous sommes réunis dans nos communes, devants nos monuments aux morts, pour rendre hommage et dire notre reconnaissance à tous ceux qui nous ont défendu hier mais aussi à ceux qui nous défendent aujourd’hui, jusqu’au sacrifice de de leur vie.
Nous nous souvenons de nos poilus, morts pour la France. De nos civils, dont beaucoup ont aussi perdu la vie. De nos soldats marqués à jamais dans leur chair et dans leur esprit. De nos villages détruits, de nos villes dévastées.

Nous nous souvenons aussi de la souffrance et de l’honneur de tous ceux qui ont quitté leur terre et sont venus d’Afrique, du Pacifique et d’Amérique sur ce sol de France qu’ils n’avaient jamais vu et qu’ils ont pourtant vaillamment défendu.
Nous nous souvenons de la souffrance et de l’honneur des dix millions de combattants de tous les pays qui ont été envoyés dans ces combats terribles.
Françaises, Français, nous sommes aussi unis en ce jour dans la conscience de notre histoire et dans le refus de sa répétition.

Car le siècle qui nous sépare des terribles sacrifices des femmes et des hommes de 14-18 nous a appris la grande précarité de la Paix.

Nous savons avec quelle force, les nationalismes, les totalitarismes, peuvent emporter les démocraties et mettre en péril l’idée même de civilisation.
Nous savons avec quelle célérité l’ordre multilatéral peut soudain s’écrouler.
Nous savons que l’Europe unie, forgée autour de la réconciliation de la France et de l’Allemagne, est un bien plus fragile que jamais.

Vigilance ! Tel est le sentiment que doit nous inspirer le souvenir de l’effroyable hécatombe de la Grande Guerre.

Ainsi serons-nous dignes de la mémoire de celles et ceux qui, il y a un siècle, sont tombés. Ainsi serons-nous dignes du sacrifice de celles et ceux qui, aujourd’hui, font que nous nous tenons là, unis, en peuple libre.

Vive l’Europe en paix !
Vive la République !
Et vive la France !

 

Qualité de l'eau
Rapports Annuels ARS sur la qualité de l'eau potable sur la commune.

En savoir plus

Déchets ménagers et tri sélectif
Le camion de la collecte des ordures ménagères et de la collecte du tri sélectif passe le mardi matin.

Service Gestion des Déchets

Horaires de la déchetterie d'Argelès-Gazost :

Du 1er mars au 31 octobre (été)
Du lundi au samedi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h45

Du 1er novembre au 28 février (hiver)
Du lundi au samedi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h15
Service de bus
Le Conseil départemental a mis en place les lignes de transport Maligne à tarif unique de 2 euros.
Il existe des cartes 10 voyages à 15 euros ainsi qu'un abonnement scolaire à 40 euros / mois.
Deux lignes passent à Ayzac-Ost.
Consulter les horaires
Aides à domicile / Services à la personne

ADMR

2 Place de la mairie
65400 LAU BALAGNAS
Téléphone: 05.62.90.08.69
Site web : ADMR du Haut Lavedan

Pyrène plus

31 r Eugène Tenot BP 30126, 65001 TARBES CEDEX
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h15
Site web : Pyreneplus.com
Sites communautaires de la vallée

Communauté de communes de la vallée d'Argelès-Gazost

ccpvg.fr

Pays de Lourdes et de la Vallée des Gaves

P.L.V.G.
Réglement d'eau et d'assainissement
Réglement d'eau et d'assainissement applicable à la commune d'AYZAC-OST.
Mise à jour le 22/06/2017.

Accéder au document

Démarches Administratives
Pour rechercher des informations et les actualités dans les domaines concernant : Argent - Etranger - Europe - Famille - Formation - Travail - Justice - Logement - Loisirs - Papiers - Citoyenneté - Social - Santé - Transports ...
S'abonner à le lettre de service-public.fr
Suivre ce lien